projet de loi C22

30 octobre, 2022

Il faut adopter sans tarder le projet de loi sur la Prestation canadienne pour les personnes handicapées

Par Rabia Khedr

Le projet de loi C-22 devrait être examiné rapidement et adopté d’ici la fin de l’année afin que les personnes en situation de handicap puissent bénéficier de conditions de vie décentes.

Imaginez devoir composer quotidiennement avec un handicap et des barrières sociales. Imaginez devoir en plus affronter la pauvreté et le sentiment d’être exclus des bénéfices d’une économie de marché démocratique. Pour les personnes handicapées, il est difficile de faire face aux obstacles liés au handicap et de ne pas avoir le pouvoir d’achat nécessaire pour combler des besoins de base en matière de produits d’hygiène, de médicaments, de logement et d’alimentation.

« W » n’a plus d’argent au milieu du mois et doit demander à des étrangers de lui acheter à manger. « T » a accumulé une dette de plus de 5 000 $ parce que le montant de son loyer dépasse son revenu. « K » n’a pas d’argent pour acheter des antidouleurs à la pharmacie.

Au début de l’automne, les personnes handicapées et le mouvement Le handicap sans pauvreté (HSP) étaient reconnaissants que la prestation canadienne pour les personnes handicapées (PCPH) promise dans le discours du Trône allait bientôt entraîner un changement systémique historique. Nous nous réjouissions que le premier ministre Justin Trudeau et la ministre de l’inclusion des personnes en situation de handicap, Carla Qualtrough, s’engagent à mettre en œuvre ce projet de prestation supplémentaire, qui constituera possiblement une première mondiale.

Puisque la ministre Qualtrough a travaillé avec la communauté des personnes handicapées et soutenu l’adoption de Loi canadienne sur l’accessibilité, les Canadien·nes en situation de handicap avaient le sentiment qu’elle comprenait leur réalité et pouvait défendre leurs intérêts auprès du gouvernement. Le mouvement HSP a travaillé fort pour entretenir le rêve de la PCPH, notamment en multipliant les articles, les apparitions dans les médias, les lettres, les rencontres et les pétitions.

Nous nous sommes de nouveau réjouis lorsque le projet de loi C-22 a franchi l’étape de la deuxième lecture à la Chambre des communes. Nous présumions que les parlementaires comprenaient bien les difficultés financières des personnes en situation de handicap puisqu’ils et elles avaient voté unanimement pour le dépôt du projet de loi au printemps dernier.

Nous nourrissions de grands espoirs en écoutant les débats. L’opposition a posé des questions importantes à la suite du discours vibrant de la ministre Qualtrough. Les personnes en situation de handicap se sentaient écoutées et reconnues après avoir été oubliées dans les mesures de soutien capacitistes du gouvernement durant la pandémie.

À titre de mouvement populaire de sensibilisation à la pauvreté des personnes handicapées, Le handicap sans pauvreté applaudit les membres de la Chambre des communes, qui ont compris l’importance de ce projet de loi. Malgré les petits accrocs possibles, nous espérons vivement que les parlementaires vont accorder leur confiance aux personnes handicapées et accélérer le processus législatif afin que le projet de loi C-22 soit adopté d’ici la fin de 2022.

Au début de la pandémie, la Chambre des communes est entrée dans l’histoire en remuant ciel et terre pour mettre en place la Prestation canadienne d’urgence (PCU). C’est le genre d’attention dont les personnes en situation de handicap ont besoin et qu’elles méritent.

Le handicap sans pauvreté demande à la Chambre des communes et au Sénat d’accélérer l’adoption de ce projet de loi. Travaillons ensemble afin que les personnes en situation de handicap sortent de la pauvreté et vivent dignement. Notre mouvement reçoit l’appui de nombreuses organisations, dont les Centres communautaires d’alimentation du Canada, Inclusion Canada, La Marche des dix sous du Canada, Plan Institute et Finautonome, ainsi que de philanthropes, de syndicats et d’entreprises comme Les Aliments Maple Leaf, lesquels se joignent tous à nous pour demander aux élu·es de faire ce qu’il faut pour que ce projet de loi aboutisse.

Au Canada, la moitié des personnes confrontées à l’insécurité alimentaire sont handicapées. Quarante et un pour cent des gens pauvres sont en situation de handicap. Une personne sur quatre vit avec un handicap et contribue bon an mal an à l’économie.

La prestation proposée va accroître le pouvoir d’achat des personnes en situation de handicap afin qu’elles puissent subvenir à leurs besoins de base et contribuer à la relance postpandémique. La population canadienne ne peut accepter qu’une autre personne handicapée recoure à l’aide médicale à mourir parce que le gouvernement ne lui offre aucune autre solution pour sortir de la pauvreté.

Les personnes handicapées, leurs proches et leurs amis représentent une bonne partie des électeurs et électrices qui ont déployé des efforts importants pour faire connaître leurs attentes. Aidez-les en adoptant le projet de loi C-22 en 2022 afin qu’il figure dans le prochain budget fédéral.

Yves-François Blanchet, Pierre Poilievre, Jagmeet Singh, Justin Trudeau : entrons dans l’histoire en faisant en sorte que les personnes handicapées ne soient bientôt plus laissées pour compte.

Rabia Khedr est la directrice nationale du mouvement Le handicap sans pauvreté.

Cet article a été publié pour la première fois dans The Hill Times.

Share This
Aller au contenu principal