équipe de direction nationale

Meenu Sikand

Meenu Sikand

Meenu se réjouit d’une prestation qui encourage les Canadiens handicapés en âge de travailler à chercher un emploi sans mettre en péril les services dont ils ont besoin pour survivre.

« Ce n’est pas le handicap qui nous handicape, mais l’environnement qui nous entoure et le manque de soutien. Nous devons construire ces systèmes pour qu’ils permettent aux personnes handicapées de participer et de s’épanouir, et pas seulement de vivre au jour le jour. »

Meenu Sikand a passé la majeure partie de sa vie à montrer aux autres que, même si les personnes handicapées peuvent travailler dur et contribuer à la société, il ne suffit pas de travailler dur pour changer l’attitude de la société à l’égard du handicap.

« Même lorsque vous travaillez, ce n’est pas suffisant pour vivre décemment », dit-elle. Les programmes gouvernementaux « vous maintiennent à un certain niveau ».

Meenu a été la responsable de l’équité, de la diversité et de l’inclusion à l’hôpital de réadaptation pour enfants Holland Bloorview de Toronto, après une carrière dans l’administration régionale et le secteur des entreprises. Elle a travaillé pendant 15 ans dans la région de Peel, où elle supervisait le programme de planification de l’accessibilité de Peel et veillait au respect de la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario. Mais elle a lutté contre la pauvreté pendant une grande partie de sa carrière en raison des coûts supplémentaires liés à la vie avec un handicap.

Meenu a subi une lésion de la moelle épinière en 1986, peu après avoir émigré de l’Inde au Canada. Elle utilise un fauteuil roulant depuis lors, et une grande partie de son revenu a servi à réparer et à acheter des fauteuils roulants et des fourgonnettes accessibles, ainsi qu’à rénover sa maison pour la rendre accessible.

« J’ai travaillé toute ma vie et nous payons encore le coût de l’invalidité de notre poche », dit-elle. « Nous savons que le coût indu des équipements et services pour handicapés est répercuté sur l’individu. Cela vous place vraiment sur un terrain de jeu inégal, inéquitable, par rapport aux autres. »

Meenu pense que les personnes handicapées devraient avoir les mêmes chances de travailler et de contribuer à la société. Mais elles ne devraient pas avoir peur de perdre toutes les prestations financières et de santé du gouvernement si elles travaillent.

« Nous avons tous des capacités et, dans la mesure de nos capacités, nous devrions être en mesure de contribuer au monde dans lequel nous vivons. Le système devrait être conçu de manière à nous permettre de nous épanouir et non à nous handicaper », dit-elle.

Meenu est également la fondatrice et la directrice générale d’Accessibilité pour tous, un organisme à but non lucratif qui aide les organisations à rendre leurs pratiques accessibles, en mettant l’accent sur les jeunes, les femmes, les personnes âgées et les personnes issues de communautés racialement marginalisées. Meenu siège actuellement au conseil d’administration de la Fondation canadienne des femmes et du Race and Disability Canada. Meenu a fait du bénévolat auprès de nombreuses organisations, notamment le Centre for Independent Living et le ARCH Disability Law Centre. Conférencière recherchée, elle a été intronisée au Canadian Disability Hall of Fame en 2020.

Meenu vit avec sa famille en Ontario, où elle aime regarder des documentaires sur des questions sociales.

Share This
Aller au contenu principal